• Energy District 2050 - Energie et rénovation 2 - Méthodes et outils pour la rénovation énergétique des bâtiments

    ED2050-2015-eRen2

    Project leader: Schwab Stefanie
    Research axis: Architecture et énergie
    Deux législations récentes vont profondément impacter le développement territorial, économique et social en Suisse ces prochaines décennies, la révision de la loi sur l'aménagement du territoire (LAT-2013) et la loi sur l'énergie (LEne ' 2017). La densification des centres urbains passe par la valorisation et la densification des structures existantes. Les interventions lourdes sur un immeuble étant rares, il semble absurde de densifier sans procéder une rénovation énergétique des parties existantes ou inversement. C'est pourtant ce qui se fait dans de nombreux cas.
    Le projet eREN2, qui s'inscrit dans la continuité du projet eREN, a pour objectif d'étudier le potentiel de densification et les synergies possibles entre rénovation énergétique et densification sur un échantillon de 6 cas réels, tirés d'eREN, représentatifs de la production de logement collectif en Suisse romande au 20eme siècle.
    En d'autres termes
    ' Quel est le potentiel réel de densification des principaux types d'immeubles existants, en termes structurels, réglementaires, spatiaux et constructifs ?
    ' La densification couplée à une rénovation permet-elle d'optimiser la consommation énergétique de l'immeuble par rapport à une rénovation énergétique simple ?
    ' L'ajout de nouvelles surfaces locatives permet-il de compenser le coûts des travaux de rénovation et d'agrandissement ?
    L'objectif du projet n'est pas de proposer une nouvelle méthode d'évaluation pour des projets de densification, mais de comparer des scénarios de rénovation de l'enveloppe avec densification conformes aux pratiques du marché aux scénarios de rénovation énergétiques eREN.
    La méthode (qui reprend pour l'essentiel celle du projet eREN) est basée sur une approche multicritère : cadre légal - architecture et usage'efficience énergétique - économie ' synergies et contraintes.
    Six stratégies de densification (du remplacement des balcons aux agrandissements horizontaux et verticaux) ont été définies et une stratégie pertinente a été choisie pour chacun des cas d'étude compte tenu de ses caractéristiques. Cette stratégie a ensuite été analysée sous l'angle des critères réglementaires et constructifs, puis développée sous la forme d'un scénario de projet détaillé.
    Le coût des travaux de chaque scénario a été chiffré et comparé avec le coût de la rénovation seule et avec celui d'un entretien usuel. Le même travail a été effectué en matière de consommation d'énergie pour le chauffage. Des fiches de synthèse résument les résultats pour chacun des bâtiments et complète l'approche globale eREN.
    L'étude eREN2 a permis de vérifier qu'un travail conséquent est à mener au niveau des cadres légaux urbanistiques pour les aligner sur les objectifs de la LAT en matière de densification. L'étude relève que le potentiel de surélévation (en dehors des limites posées par les règles urbanistiques) est contraint par les considérations structurelles et parasismiques, ce qui limite souvent les surélévations à 2 étages. Les directives de protection incendie sont aussi un obstacle si le scénario fait basculer l'immeuble dans la catégorie « grande hauteur » (plus de 30 mètres), avec des exigences largement accrues pour la résistance structurelle, les voies d'évacuation, les matériaux, etc., souvent impossibles à satisfaire ou disproportionnées par rapport au projet de base.
    Le projet démontre que la densification permet d'améliorer l'efficience énergétique par rapport à un assainissement simple, de manière peu spectaculaire, mais avérée. Elle a donc un sens dans la perspective de la transition énergétique. Pour l'ensemble des cas et par rapport au scenario de rénovation seule, la densification a permis de réduire le besoin de chaleur pour le chauffage par mètre carré tant en valeur pondérée pour l'ensemble de l'immeuble (en moyenne -16Mj/m2 an, -13%) que pour la partie rénovée seule (en moyenne -14Mj/m2 an, -12%).
    Il démontre aussi que, passée au crible d'un calcul de rentabilité tels que ceux pratiqués par

    eRENII - Image du projet.png

    Public cible

    Propriétaires et gestionnaires de parcs immobiliers, professionnels, services cantonaux et communaux des travaux publics et de l'énergie

    Etat d'avancement

    En cours​​


    ​Collaborateurs

    Grégory Jaquerod, Jean-Luc Rime


    ​​​Partenaires académiques

    eRENII - logo Hepia.png

    ​​

    ​Financement

    eRENII - logo HESSO.png       eRENII - Logo Etat SdE.png